L’Ecole du Patrimoine Africain initie les « Gongs des passeurs »

Reconnaître le mérite des acteurs culturels de leur vivant à partir de leur engagement et du travail accompli dansAGodonou la durée. Tel est l’objectif principal de l’initiative de récompense portée par l’Ecole du patrimoine africain (EPA) et baptisée « les Gongs ». L’édition inaugurale, dédiée au théâtre béninois aura lieu le samedi 28 juin 2008 prochain au centre culturel français de Cotonou suivie d’un hommage à l’illustre disparu Aimé Césaire.

Sessi Tonoukuin
Constituer un fond aux « Trésors humains vivants » pour la culture béninoise à l’image du Japon. C’est le vœu qu’entendent réaliser les promoteurs d’une initiative inédite de récompense et de distinction au Bénin dénommée « les Gongs ». Une initiative à plusieurs volets dont les prémices trouveront place le samedi prochain sur la scène du Centre culturel Français de Cotonou. Cette première édition est destinée au théâtre, considéré par les initiateurs comme genre majeur de la vie artistique et culturelle dans  notre pays. « Nous allons dédier l’édition inaugurale des Gongs au théâtre, qui est une tradition au Bénin notamment dans le théâtre rituel que l’on retrouve au niveau  des masques « gèlèdè », inscrits sur le patrimoine mondial immatériel de l’Unesco » a expliqué Alain Godonou, Directeur de l’Ecole du Patrimoine Africain. Un choix, qui donne naturellement le nom de « Les Gongs des passeurs de théâtre du Bénin » pour la soirée du samedi 28 juin prochain, au cours de laquelle huit acteurs du monde théâtral et des espaces culturels se verront attribuer des médailles individualisées réalisées en bronze avec un dispositif d’accompagnement professionnel. Pour le conférencier, il s’agit d’une urgence pour le Bénin, de reconnaître le mérite des hommes et femmes de théâtre qui ont fait du chemin et qui passent aussi le témoin. « Nous ferons d’eux des trésors humains vivants, qui seront des personnalités déclarées comme telle comme l’exige certaine pratique dans le monde asiatique. » a confirmé le promoteur. Au-delà du Bénin l’initiative est appelée à s’étendre dans 26 pays francophones et lusophones dans lesquels  l’Epa est présente.

Un vaste chantier
Mais plus qu’une simple soirée de distinction, le projet « Les Gongs » constitue la face visible d’un vaste programme de structuration du secteur culturel au Bénin. Il s’agit pour le directeur de l’Epa d’accompagner le travail accompli par les passeurs avec un point d’honneur sur le développement des espaces culturels dans notre pays. Car, explique le conférencier si les créations artistiques ne s’expriment pas dans les espaces, c’est toute l’animation de la vie culturelle de notre pays qui s’arrête. C’est pourquoi, une place de choix est accordée au  plaidoyer pour le développement d’une bonne programmation par des saisons artistiques. Une nécessité, qui permettra de concentrer les énergies pour rationaliser les efforts de création, de promotion et de diffusion au Bénin. Dans la poursuite des actions du projet, le directeur de l’Epa a annoncé aussi la mise en place d’un observatoire de la vie culturelle dans notre pays. La mission de cet baromètre sera de restituer à la fois aux acteurs culturels et aux partenaires les réalités propres liées à l’animation du monde culturel.
Né, en effet pour accompagner et faciliter le développement qualitatif de la vie culturelle et artistique béninoise, le projet « les Gongs » est sous-tendu par la convention de 2003 de l’Unesco relative à la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. Ce projet vise principalement l’identification et l’accompagnement des « personnes ou institutions qui sont détentrices de savoir et de savoir faire culturels ou artistiques remarquables, afin d’assurer la sauvegarde et  la transmission de ce pan important du patrimoine africain ». Selon les besoins, ce projet sera un événement annuel ou biennale. Toutefois à côté de la distinction des passeurs béninois, l’organisation entrevoit rendre une fois encore un hommage mérité au dramaturge, poète et écrivain disparu  Aimé Césaire, qui aurai eu 95 ans le 26 juin dernier.
Une initiative d’honneur est née ! Elle a besoin de la forte mobilisation de tout acteur pour faire du chemin et atteindre le boulevard du rayonnement culturel.