Tapis rouge pour les productions africaines 

La 6è saison du festival international du Film de Ouidah, « Quintessence » s’ouvre du 8 au 12 janvier 2008 prochains avec une place de choix à la sélection de nouveaux films produits par des auteurs Africains. Compte à rebours!

Jean_Odoutan_1_
L’appel au cinéma africain! C’est apparemment la nouvelle option de la prochaine édition du festival international du film de Ouidah. Une option qui s’affiche clairement dans la pré programmation annoncée par son délégué général Jean Odoutan lors de la conférence de presse de lancement tenue le samedi 17 novembre 2006 dernier au centre culturel français de Cotonou. Plus de 50% de la programmation sont réservés à la production cinématographique africaine pendant la grande messe du cinéma de Ouidah. Tous les formats sont admis : long et court métrage puis le  documentaire. Tout est pris en compte pour offrir de belles projections des productions « made in Africa » aux festivaliers et cinéphiles des différentes villes, qui vont accueillir le festival. Un challenge, qui s’inscrit dans les objectifs de « Quintessence » dont la vocation première est de « favoriser l’accès au cinéma en Afrique subsaharienne par le renforcement de l’identité, la singularité et la créativité des jeunes artistes africains ». Ce festival dans cet élan, précise son délégué général, contribue au développement de la cinématographie en Afrique et notamment en Afrique subsaharienne. Il se positionne comme une plate forme de la création devant faire découvrir le maximum de films et de créateurs au public jeune.

La fiesta du film de Ouidah prévoit au total une cinquantaine de films avec 225 séances de projections à un rythme de 3 par jour sur la quinzaine des sites retenus. Pour cette sixième saison, le festival est resté fidèle à  l’innovation relative à la décentralisation de ses activités, amorcée depuis l’édition précédente. En dehors de Ouidah, ville mythique au python, « Quintessence » prend d’assaut les villes de Cotonou et Porto Novo. Les projections en salle seront alternées avec les projections en plein air sur des lieux publics.

Au-delà  de l’aspect festif, « Quintessence » entend mettre à la portée des jeunes créateurs toute une programmation pédagogique, dont l’objectif final est de faire profiter aux jeunes cinéastes l’expérience des professionnels aînés. Dans ce registre, plusieurs ateliers de formation sont prévus allant des ateliers de formation en écriture de scénario à la critique de film, avec un point d’honneur aux métiers du cinéma, sans oublier la compétition avec les 5 distinctions à la Python. Une belle saga du 7è art en perspective.

Sessi T.