Le cinéma béninois à l'honneur

La quatrième édition du festival international de films et de télévision « Laguimages » déroulera le tapis aux productions inédites béninoises avec un parallèle sur les efforts de production du Cameroun, qui d’ailleurs est le pays invité de ce millésime 2007. Une saga de la production audiovisuelle béninoise et africaine en perspective.visuel_lag_07

Sessi T.

26 films au total dont 10 productions inédites béninoises, 5 mini rétrospectives du Cameroun, hommage à Jean Pierre Bekolo avec ses trois films avec à la clé « les Saignantes » sa dernière réalisation. C’est le contenu filmique de la programmation du quatrième festival « Laguimages ». Une édition,  qui avec le thème « L’année du Bénin », tient à tirer chapeau à l’effervescence de la production audiovisuelle qui se remarque ces dernières années au Bénin. Selon Monique Phoba, initiatrice et promotrice de ce festival, « quelque chose est en train de  bouger dans le paysage audiovisuel béninois ». C’est pourquoi il revient à « Laguimages » d’y mettre la lumière, afin que l’éclosion soit totale. Elle prend appui sur deux jeunes talents béninois, qui avec des moyens de bord tentent de prendre la relève en matière de série télévisée. Il s’agit de Clovis Agbahoungba avec sa série « Allo Cousin » et de Christiane Chabi Kao avec « Les inséparables ». Les efforts de production de films entrepris par la maison « Laha productions » par l’entremise de l’expertise du réalisateur nigérian Tundé Kélani, ne sont pas occultés. C’est d’ailleurs, ce qui justifie  la présence du film « Abèni 1 » dans la programmation de cette année. Le choix de ce thème s’explique aussi selon les promoteurs du festival par les distinctions de quelques films béninois au dernier festival panafricain de cinéma de Ougadougou. Allusion est faite au film « Africa paradis » de Sylvestre Amoussou et du documentaire « Un trésor dans la poubelle » de Mariette Chantal Mélé, sans oublié « Juste un peu d’amour » de Jemima Catrayé, sélectionné à l’espace doc du fespaco. Le festival sera aussi l’occasion de la première sortie du film « Entre la coupe et les élections » de Monique Phoba et de Guy Kabeya. Une réalisation qui rend hommage aux premiers footballeurs congolais ayant participé à la coupe du monde de 1979 avec un échec de 9 buts.

En parallèle à cette révolution dans le paysage audiovisuel du Bénin, la quatrième édition du festival « Laguimages » a tendu la main au Cameroun comme pays invité, afin de partager les expériences de coproduction locale entre les télévisions privées et les jeunes talents camerounais, qui  avec des moyens dérisoires aboutissent à des productions de bonne facture. Ce sera au cours d’un atelier télévisuel d’échanges entre professionnels de l’audiovisuel sous la thématique : "Le nouvel Eldorado, l’Afrique investit dans ses images". A cet atelier, précise Monique Phoba, plusieurs invités de marques du paysage audiovisuel africain sont attendues dont Charles Mensah de la Fédération panafricaine de cinéma, le réalisateur camerounais Jean Pierre Bekolo, Lambert Nzana, président de l’association des producteurs indépendants du cameroun, et bien d’autres. Cerise sur le gâteau, l’édition 2007 offre l’inédit avec Jean Pierre Bekolo, qui animera la séance « Leçon public du cinéma ».

Une programmation, qui augure déjà une belle saga des récentes productions cinématographiques  africaines.